Au bout de la route… l’Arctique !

Chaque aventure réserve son lot de surprises et celle-ci, avant même que je ne largue les amarres, ne semble pas vouloir déroger à la règle. Alors que tout avait été minutieusement  planifié, préparé et réservé depuis des mois, rien ne semble vouloir se passer comme prévu et les retards s’accumulent sans que je ne puisse y changer quoi que ce soit. Patience et adaptation sont les maîtres-mots depuis mon arrivée au Canada mais cette petite guerre des nerfs n’en reste pas moins fatigante.

Heureusement, je n’en suis pas à ma première expédition dans le Grand Nord et je savais d’avance l’énergie qu’il allait me falloir dépenser pour accéder aux  confins du monde. J’avais imaginé toutes sortes de situations improbables et anticipé les possibles petits grains de sable qui risquaient de venir se glisser dans les rouages de l’aventure. Alors, s’il est vrai que ma patience est mise à rude épreuve, je ne me met pas la pression non plus car, le timing reste malgré tout respecté. Je suis largement dans les temps pour prendre le départ de ce voyage solaire à travers le passage du Nord-ouest.

Des cartes précises, régulièrement mise à jour par le gouvernement du Canada, me permettent de suivre l’évolution des glaces, leur densité ainsi que leur déplacement en fonction des vents et des courants. Les dernières données montrent qu’il me faudra sans doute attendre les tous premiers jours de juillet avant de larguer les amarres mais, rien n’étant écrit à l’avance, wait & see…

Pour l’heure, plutôt que de me morfondre dans mon coin, je profite de ces « vacances » inattendues et après avoir traversé les Rocheuses en compagnie d’Alain, venu de Suisse pour me donner un coup de main avec le Solarboat, me voilà  maintenant à Vancouver, seule. Mon précieux aide de camp a dû s’en retourner chez lui et je joue donc solo désormais. Prochaine escale, Whitehorse où je resterai quelques jours avant de m’envoler enfin pour Inuvik puis Tuktoyaktuk. C’est là que je récupérerai Icade le 27 juin prochain. 

Les quelques difficultés auxquelles il m’a fallu faire face ont ouvert la porte à d’incroyables  rencontres. Nelly, Gordon, Eyvi, Ron, Cindy, Carmelle et Jacquie, vous semblez être tombés du ciel tout au long de ma route et chacun(e) à votre façon, vous m’avez permis de garder le sourire ! Votre enthousiasme et votre générosité m’ont été tellement précieux… MERCI ! Vous êtes la preuve, s’il en faut, que le chemin tracé à l’avance n’est pas nécessairement le plus enrichissant et que l’inattendu est souvent source de bien des richesses. 

À très vite pour de prochaines nouvelles… l’Arctique est (enfin) au bxout de la route.. !

 

10 COMMENTS
  • brisy
    Répondre

    salut,
    les nouvelles sont bonnes même si on sent que tu trépignes un peu… bientôt the real stuff!
    plein d’encouragements
    amicalement
    Marco

  • Alain
    Répondre

    Alors ça y est, tu as pris ta décision?
    Tu récupères le bateau à Inuvik et pas à Tuk?
    C’est bien, ça te fera un bon galop d’essai.
    A très vite.
    Alain

  • christian blanchard
    Répondre

    Hello Anne,
    Je reste admiratif, tu le sais. Je suis très courageux quand je suis devant mon ordinateur à écrire des histoires, à décortiquer « l’âme humaine » mais ce que tu fais, à déjà fait et te prépares à faire reste exceptionnel.
    Je vais te suivre et suivre ton expédition avec attention.
    Je t’embrasse très fort.
    Christian

  • Jacques Blanken
    Répondre

    Tu ne nous dis pas ce qui se passe ! Quelles surprises ? Un retard ?…
    Amitiés
    JB

  • Virard
    Répondre

    Coucou Anne « La Passagère de l’Arctique » Vancouver où j’aurai dû être en cette fin de juin pour rendre visite à mon neveu Kern qui y réside depuis plusieurs années.
    De tout coeur avec toi Anne et à tout bientôt sur la route d’INUVIK.Bises de soleil.

  • Rodolphe
    Répondre

    bon voyage! et au passage, je conseille d’aller faire un tour à Skagway en Alaska (bus et train (coté Alaska) et meme à Dawson creek, tout ça pour l’ambiance ruée vers l’or période Jack London!

  • Christian Rennes
    Répondre

    Bonjour Mme Quéméré, Encore des contre-temps, et toujours votre patience, sans vous plaindre. Vous êtes digne du très beau poème de Kipling :  » If… », en français « Tu seras un homme, mon fils ». A bientôt.

  • Annie O’Neil
    Répondre

    Glad you have clouds with silver linings around you and you are able to see them. Best of luck to you and as the I Ching reminds us “ Perseverance Furthers “
    Xo

  • Pierre Livory
    Répondre

    Courage Anne ! Les problèmes forment la jeunesse … je viens de faire un avc léger, à peu de conséquences : j’ai appris à relatitiviser vu ce que j’ai vu lors du mois d’hôpital qu’il m’ fallu pour récupérer . Dès lors je revis !
    Bizhou comme on dit ici !
    Pierre

  • Herr Danielle
    Répondre

    Ayez confiance et patience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.