Compte à rebours enclenché

A moins de 60 jours de mon départ pour l’Arctique, la pression monte et la tension, présente depuis quelques temps déjà , m’est devenue tellement familière que je ne m’en formalise plus vraiment. Quoique je fasse, où que j’aille, elle est là , tapie dans l’ombre, prête à surgir au moindre petit accroc dans le planning que j’essaye d’organiser avec soin et minutie. Et des accrocs, il y en a, tous les jours, plus ou moins importants mais toujours déplaisants.

Non, la super-aventurière qui ne faiblit jamais et contrôle au millimètre près sa super-expédition parfaitement huilée,  ça n’existe pas ! Oui, la réalité est toute autre et pas toujours aussi enchanteresse qu’on aimerait l’imaginer! « Il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses», écrit Kundera mais, pour l’heure, je cavale juste ventre à  terre dans l’espoir de régler les derniers détails et je ne pense plus à  rien. Ainsi s’écrit l’aventure lorsque l’on navigue dans l’ombre des coulisses… Vivement l’entrée en scène !

Les journées raccourcissent de  façon inquiétante, les check-lists s’accumulent et quel bonheur de pouvoir biffer une mission accomplie au cours de la journée, un équipement enfin réceptionné ou une réponse tant attendue qui permet enfin de passer  à l’étape suivante. Entre les «à embarquer impérativement», «à embarquer s’il reste de la place», ou «ça ne me sera d’aucune utilité», j’essaye de ne conserver que de l’essentiel à  bord. Un exercice de haute voltige là  aussi !

Les semaines qui précèdent le départ sont si singuliers et si intenses que j’ai bien du mal à  imaginer ce départ qui approche à  grands pas. Pourtant, bientôt, le tourbillon dans lequel je me débats quotidiennement ne sera plus qu’un lointain souvenir, et je me retrouverai alors seule, dans ce Passage du Nord-Ouest dont je n’appréhende pas encore toutes les subtilités. En attendant, je garde un oeil sur la météo et prépare les toutes dernières sorties sur l’eau du côté de Concarneau, avant le départ du Solarboat pour le Grand Nord Canadien.

Bienvenus aux partenaires récemment arrivés dans l’aventure : Cargolux et Tiboom ( dont vous pouvez retrouver les liens sur la page dédiée aux sponsors) ! Je suis bien entourée aujourd’hui et si cette expédition polaire solaire peut exister désormais, c’est en grande partie grâce à toutes celles et ceux qui m’ont accordé leur confiance. Merci !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *