Iced in….

I left the little hamlet of Tuktoyaktuk last Thursday under sunny skies and a light breeze. The conditions were perfect for me to get back on my way and I took advantage of them to put some nautical miles behind me. It was both exciting and strange to sail along the Tuktoyaktuk peninsula that I had already kayaked down in 2014 and 2015. Keeping a safe distance from the coast to avoid the treacherous sandbanks that can sneak up on you, I looked through binoculars for hours and hours at the places where I had already made stopovers in the past. I couldn’t help feeling a bit nostalgic in front of Point Atkinson. In 2015, because of bad weather, my teammate Raphaël Domjan and I had to spend quite a bit of time in a hunting cabin there. During those never-ending days, I had listened attentively to Raphaël when he related his Planet Solar expedition and it was then that I started to think about embarking on a solar-powered polar voyage.

I of course had not been back to this cabin since, but while I was looking at it as it disappeared over the horizon, I realised just how much it was more than a mere refuge that had sheltered us during those endless days and nights. The story of this expedition started to take shape within those four walls, which is quite something when you think about it! Despite my desire to stop there, I decided to keep going. Three years ago, Raphaël and I had to pick a path through the sandbanks and mudflats—I didn’t particularly want to relive the experience. So I continued on my way as the batteries were still in good shape.

The next day, after a quick stopover to eat and sleep a bit, I thought the weather was going to be great and that I would be able to travel a few more miles. With a smile on my face and without a care in the world, I set off and got back underway… Blocks of ice appeared but I was able to slalom between them without thinking too much about it. Right up to the moment when I suddenly realised that they had me circled. Out of the blue, without me even realising it, Icade was being squeezed by the ice. Its inescapable trap had snapped shut. We were prisoners.

I fought, cursed and moved about for hours. I headed east—to find myself in front of a wall of ice. I headed west. The same story! I tried heading a little north. It was no better. And out of desperation, a little to the south… Nothing worked. Icade and I are blocked in an immense labyrinth of ice where lanes of water open and close as they see fit. All is calm around us. I can only hear the muffled sound of droplets, a sign that the ice is melting. But at this pace, when will we be freed?

And now another kind of waiting begins, a kind I hadn’t prepared for… So, to make the best of the situation, I took out the drone to capture some amazing images of these immense ice fields. At least something good has come out of it.

Stay tuned for the next episode…

14 COMMENTS
  • jenane colette
    Reply

    dur la prison de glace ! j’imagine la solitude( a laquelle tu es habituée certes) mais quand même … j’aurai la frousse! moi qui suis plus en terrain connu dans les déserts !!!! bon on te souhaite une rapide fonte de ces glaces et que tu reprennes ta route vaillamment avec le petit Icade libéré !

  • rozenn
    Reply

    Tendres pensées. On est avec toi!!!même si c est difficile d imaginer ce que tu vis.
    Se battre contre les éléments est plus dur que de se battre contre un ballon!
    Fais attention à toi!

  • virard
    Reply

    Nous t’envoyons le beau soleil de France avec de gros bisous.A bientôt Anne.

  • Francis Benveniste
    Reply

    Puisque tu ne peux pas les traverser, emmene-les avec toi. Appuie ton etrave sur les glaces et give it all the mighty force of your power plant. Regarde ton GPS, Ca y ést vous etes partis. Merde, Anne, tu le fais expres! Sors de la tout de suite.

  • Rennes Christian
    Reply

    Chère Madame, Nous vivons littéralement vos aventures; outre être une formidable navigatrice, vous êtes une écrivaine extrêmement douée : vos lignes sont un plaisir à lire , et nous tremblons ou espérons avec vous. J’ai hâte d’arriver aux vacances, car je vais acquérir vos livres (en espérant qu’ils soient encore disponibles) et les dévorer avec plaisir.
    Petite pensée philosophique pour vous aider à attendre la fonte des glaces (c’est un antique proverbe hébreu et une de mes pensées préférées) : “L’attente différée rend le cœur malade, mais la chose attendue, quand elle arrive, est un arbre de vie”.
    Je vous souhaite de voir au plus tôt cet arbre de vie et vous dis : kenavo emberr !

  • POIRIER Colette
    Reply

    Comment faites-vous pour ne pas angoisser ? Ce qui bien sûr n’arrangerait rien, mais i ci cela parait assez terrifiant
    Rassurez-nous vite
    Plein de pensées positives et de chaleur bretonne !

  • Daniel et Agnès DOMJAN
    Reply

    Coucou Anne,
    Voici une prose qui nous fait revivre 3 ans en arrière… Le Nord ne change pas… Toujours aussi imprévisible, beau!!! Mais imprévisible.
    Nous pensons fort à toi , mais un point largement positif, tu as déjà doublé les milles parcourus en 2015… Alors tous les espoirs de réussite sont là !!!
    Bonne route, bon soleil et gros bisous..
    Agnès et Daniel

  • Agnès et Daniel Domjan
    Reply

    Coucou Anne,
    Ta prose nous ramène a quelques années en arrière, en 2015 pour être précis… Le Grand Nord ne change pas, toujours aussi imprévisible, beau !!! mais imprévisible…!
    Mais la bonne nouvelle dans ce début d’aventure, tu as déjà doublé les milles parcourus en 2015..! Alors tous les espoirs de la réussite sont là !
    Nous pensons fort à toi, bonne route, bon soleil et à tout bientôt. Agnès et Daniel

  • Cecile
    Reply

    Bon courage. ..Tu ne manques pas de glace pour les Apéros ????…Ici il fait.très chaud…J’espère que tout ça va se débloquer pour toi.Courage. A bientôt.

  • Rodolphe
    Reply

    et le drone ne permettrait pas de trouver un petit passage? les images doivent de plus etre tres belles! bon courage, vu la chaleur sur les Usa, la chaleur devrait bien remonter (hélas aussi)

  • Christian Rennes
    Reply

    Effectivement, mes modestes commentaires ne vous sont pas parvenus. Je les réédite, donc. Vous nous faites vraiment vivre par vos nouvelles vos aventures et palpiter avec vous. Votre talent d’écrivaine est vraiment très plaisant, et je vous remercie de cela bien sincèrement.
    J’ai hâte d’être en congés pour lire vos livres.
    Petite pensée philosophique pour vous encourager (je l’aime beaucoup, c’est un antique proverbe hébreu) : “L’attente différée rend le cœur malade, mais la chose désirée, quand elle arrive, est un arbre de vie”.
    C’est ce que je vous souhaite au plus vite : reprendre votre navigation et continuer votre belle route.
    Portez-vous bien. Kenavo emberr (j’espère que j’emploie bien cet au revoir breton).

  • Françoise Courtois
    Reply

    Anne, nous vivons ici en Côtes d’Armor une sorte de canicule incroyable … comment pourrions-nous t’envoyer un peu de ce souffle chaud pour te délivrer de ces horribles glaces?
    Renvoies-nous bien vite de tes nouvelles et prends bien soin de toi.
    Kisses , Françoise

  • LE DEM Françoise
    Reply

    bonjour !! Merci pour la carte qui est arrivée il y a quelques jours. Patience et courage … De tout coeur avec vous !! Bises ensoleillées du Pays bigouden

    Françoise

  • DAGORN Cathy
    Reply

    bonjour Anne, ce matin sur ma ballade du côté du vieux port de la Forêt-Fouesnant , j’ai échangé quelques minutes avec un Monsieur qui vous connaît bien ! (il faudra lui suggérer de monter un panneau solaire pour alimenter son aspirateur et ainsi nettoyer sa voiture “écologiquement”) L.O L il m’a donné qq nouvelles de votre expé. Je croise les doigts pour que votre route s’améliore : ici les glaces ne résisteraient pas longtemps avec les températures que ns avons depuis qq temps !!!
    keep on going Anne

    amicalement
    Cathy Dagorn
    St Evarzec

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.